Courte visite à Bangkok et direction nord

24/1/2014 à Phitsanulok

Depuis mon dernier post, j’ai pas mal voyagé.

Première halte: Bangkok. Le quartier de la gare Hualumphong n’est absolument pas touché par les manifestations qui ont lieu plutôt à Siam Square, le centre « business » de Bangkok. Lors de ma visite de contrôle chez le dentiste, j’ai pu voir du haut de la passerelle de Siam Square, un village de tentes – bien rangées – et un peu de foule scandant des slogans et chantant des chants « révolutionnaires ». De temps en temps on entendait une harangue, royaliste ou républicaine (qui sait). Et, malgré les nouvelles alarmantes du « Monde », le tout semble très « bon enfant ». Un autre point « paralysant » se trouvait à l’entrée du parc Lumphini, un peu plus agité, me semblait-il. Donc pas de spectacle de Muay Thai, la boxe thailandaise, pour l’instant.

près de la paralysie?

près de la paralysie?

Siam sqare bloqué

Siam sqare bloqué

Par contre, les dentistes (oui, 3 différents!) ne faisaient pas grève, ils ont décélé, après détartrage et radios, une molaire fendue verticalement et une couronne d’incisive déscellée. Résultat: une extraction et un rendez-vous en fin de février pour un traitement de la racine plus une nouvelle couronne concernant l’incisive. Question qui m’effleure: pourquoi ma dentiste n’a pas vue tout cela?

Là-dessus j’ai vite quitté Bangkok pour des lieus moins douloureux.

Le 18/1 me trouve pendant deux jours à Chiang Mai parmi sa foule de touristes et ici il faisait un froid de chien. J’aime toujours cette ville que très moyennement…A noter cependant une visite d’un temple dans le style Lanna et une visite au marché de nuit hebdomadaire du dimanche, le « walking street market ». Il y avait une foule à faire peur.

petit temple en style Lanna

petit temple en style Lanna

l'intérieur

l’intérieur

Le soir près deswalking streets

wat le soir près des walking streets

les cloches du chedi

les cloches du chedi

Le lendemain j’attrape un bus pour des eaux plus calmes: le lac et la ville de Phayao. En contraste, l’ambiance de cette ville est presque trop calme. Ici personne ne parle anglais et on n’est pas du tout préparé à voir des touristes « farang » (étrangers). Mais les gens sont d’une gentillesse phénoménale.

J’avais l’impression d’habiter tout seul l’énorme « Northern Lake Hotel ». Ca fait drôle de prendre son petit déjeuner seul dans une immense salle à manger. On m’a affirmé que, l’été, la ville et les hôtels se remplissaient de Thais en vacances (toujours pas de touristes étrangers).

Mon étape suivante était la petite ville de Phrae. Mis à part l’ancienne ville, partiellement entouré des restes de douves, le reste de la ville est assez moche. Et, se trouvant encore assez en altitude, il y fait aussi un froid de canard bien jusqu’à midi, heure à laquelle on peut quitter ses petites laines. Dans cette ville, bien que non-touristique, on trouve pas mal d’activités artistiques et artisanales. Quelques belles maisons en bois restaurées. Je ne mange bien que le soir au marché de nuit qui offre surtout des plats typiquement Isan (ici moins de poulet mais du porc et des saucisses).

le calme tot le matin

le calme tot le matin et 7Eleven…

les beaux légumes de la région

les beaux légumes de la région

pas que des gourdes ici...

pas que des gourdes ici…

J’ai finalement marre du froid matinal et monte dans le bus qui me descend dans la plaine rizicole par une route à couper le souffle: Phitsanulok.

Je trouve un logement en plein centre ville au « Lithai Guest House », pas loin du bel « clock tower » et la gare.

le clock tower quartier de  la gare

le clock tower, quartier de la gare

La proximité de deux parcs historiques, Kamphaeng Phet et Sukotai, fait que la ville voit beaucoup de visiteurs et est très animée. D’ailleurs, rien que le nombre de bijoutiers et magasins d’horlogerie de luxe montre une activité commerciale importante. Et, ce n’est pas rien, j’ai le choix parmi plusieurs marchés de nuit à offre culinaire très variée.

Le sergeant major Dr. Thawee est un collectionneur passionné. Ces trouvailles sont réunies dans trois maisons en bois à l’ancienne. Ici, tout le monde connait le « Folk Museum » du Dr. On y découvre tout ce qui touche à la vie quotidienne thailandaise d’autrefois ainsi qu’un aquarium (un peu dépeuplé), des oiseaux en plusieurs volières et une usine de fonderie d’images du Bouddha.

Justement, on se prépare’ en plein air, à couler une sculpture à cire perdue:

La fonderie en pleine action

La fonderie en pleine action

C’est une entreprise longue, on en est encore à l’étape de la fonte du métal: tout rentre dedans:  des fils de cuivre, des tuyeaux et de la vieille robinetterie. Les invités, des moines, une classe de novices et les sommités locales attendent patiemment tout en grignotant quelques morceaux…

évideurs de noix de cocos

évideurs de noix de cocos

 

en éléphant gourmand

en éléphant gourmand

Et voici la section des jouets

quelques jouets

quelques jouets

il leur manquent les roues

il leur manquent les roues

de ravissants cochons

de ravissants cochons

Outils qui sont des vraies oeuvres d’art:

une presse à canne à sucre extraordinaire

une presse à canne à sucre extraordinaire

A l’entrée, un seul chien défend le musée contre les envahisseurs

c'est moi le gardien!

c’est moi le gardien!, barrez-vous!

chiens galeux

les chiens galeux attaquent

C’est tout pour Phitsanulok, demain, on reprend la route vers l’est.

Publicités