Les villes du nord-est de la Thailande

Sur mon chemin, se trouvent encore trois étapes avant de quitter la Thaïlande: Khon Kaen, Roi Et et finalement Ubon Ratchathani.

Khon Kaen est en train de devenir la plus grande agglomération du pays Isan. Du point de vue architecture, cette ville est un peu n’importe quoi: croissance trop rapide, trop d’affaires…

Dans son centre, un grand lac avec plein d’activités, une floppée de restaurants plein air où le poisson est roi et un wat avec au centre un chedi énorme. Ce chedi est plutôt un bâtiment publique que religieux: un roi a simplement construit par-dessus le petit chedi initial un deuxième de taille impressionnante. Tout est un peu trop neuf à mon goùt…

un mega-chedi

un mega-chedi

A l’entrée un gong et une ancienne cloche en bois

gong d'entrée du chedi

gong d’entrée du chedi

et une belle cloche en bois

et une belle cloche en bois

Mon hôtel, un peu trop éloigné du centre pour le pauvre piéton que je suis, est une vraie trouvaille. Le patron, un anglais expat et sa femme thai sont l’accueil personifié. Que de bons conseils et du bon humeur! On dort bien sur leur lits de première classe et se reveille le matin avec une bonne tasse de café, offerte par la maison (il n’y a pas de restaurant, mais le petit restau à côté sert une soupe poulet/nouilles du tonnerre). Leur personnalité chaleureuse met les hôtes tout de suite à l’aise et on est tout de suite incorporé dans la grande famille des clients-amis. Les « Chai Siri lakeview apartments » près du lac Phon (nam phon) sont donc une excellente idée pour se reposer des fatigues du voyage. La décoration réserve des surprises.

un chien curieux au Chai Lin...

un chien curieux au Chai Lin…

Hélas, je ne peux rester que 2 jours et trop tôt le patron me conduit personellement au terminal des bus, direction Roi Et.

Cette ville n’est pas du tout à la même échelle que Khon Kaen. Mais le lac central avec son isle-parc est un endroit reposant. Outre le Bouddha en marche (posture assez rare) et la colonne-emblème de la ville il y a un mignon terrain de jeu pour les petits et des installations de sport. Les coureurs ont le choix du tour du lac ou celui de l’isle. Mon hôtel, à deux enjambées du lac, en plein quartier des commerces, resemble plutôt à un motel du cinéma américain, mais fera affaire pour une nuit.

venez jouer les enfants

venez jouer les enfants

Dernière étape. Le bus fait la route via Kalasin et Yasothon jusqu’à Ubon Ratchathani le doigt dans le nez (ou plutôt les roues dans le radiateur). Mis à part le transfert du terminal vers le centre ville, pendant lequel le pilote de formule 1 qui conduisait le tuk-tuk, a essayé de me tuer ou par accident de route ou par arrêt cardiaque, s’est passé très très vite. Au lieu de descendre comme d’habitude au Tokyo hôtel, correct mais déprimant, j’ai choisi les « Pandingthon apartments ». C’est flambant neuf et confortable pour un prix de 8€ la nuit, mais, encore une fois un motel américain. Peu importe, c’est proche du centre et du marché de nuit avec ses bonnes spécialités Isan.

Le parc du centre, avec un gigantesque city pillar en forme de chandelle sur un genre de barque, est très bien équipé avec terrain d’aerobic, foot, handball, Badminton et parcours de roller et vélo artistique – même un coin d’haltérophilie plein air est aménagé. Un temple au bout permet la méditation après les ébats sportifs.

De là, il n’est qu’un pas pour se restaurer au marché de nuit. Imaginez quel sport j’ai choisi.

city pillar, soleil couchant

city pillar, soleil couchant

figure de proue

figure de proue

la chandelle illumine le parc d'Ubon

la chandelle illumine les jeux du parc

Bus pour Pakse, Laos. Le passage à la frontière de Chong Mek est très bien organisé, même l’obole obligatoire pour qu’on vous rende votre passeport s’appelle « overtime fee » (il était 11h30 un vendredi, les Khmers appellent cela pudiquement « tea money »…). Une demi-heure plus tard, nous entrons par le nouveau pont sur le Mékong, le Lao-Japan friendship bridge) dans Pakse.

La route « 13 » est éventrée par des travaux de canalisation, ainsi je me trouve une chambre un peu à lécart du bruit et de la poussière au « Phonesavan G.H. » Ici c’est le calme, près du Sedone river, on entend même le coq le matin…

Les pétards de la fête du nouvel an chinois n’éclatent qu’au début de la nuit. Mais les dragons, très modernes, puisqu’en camionnette sévissent et vont encore sévir tout le week-end car la ville a enflé énormement depuis ma dernière visite. Il y a à faire pour chasser les mauvais esprits!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s